Si vous rencontrez des difficultés de connexion à votre espace adhérent, pensez à rafraîchir la page (F5 de votre clavier). Nous restons à votre disposition si ces difficultés persistent.

AMI hydroélectricité en Martinique

Publié le 8 septembre 2020 | Actualités

Énergie
  • socials
  • socials
à retenir

L’ADEME et ses partenaires du Programme Territorial de Maitrise de l’Energie (Collectivité Territoriale de Martinique, Syndicat Mixte d’Electricité de Martinique, EDF, DEAL) ont lancé un Appel à Manifestation d’Intérêt pour la Valorisation de l’énergie hydraulique en Martinique pour la production d’électricité

Cloture de l’AMI le 6 novembre 2020 à 12h locale

Pour toute question merci de vous adresser à : aap.martinique@ademe.fr

Une étude de potentiel sur les cours d’eau, réalisée par l’Office de l’eau Martinique (ODE) en 2008, conclut que le potentiel hydroélectrique est de 38 MW, pour une production de 160 GWh. Compte tenu des contraintes réglementaires et environnementales, une petite partie serait « normalement » mobilisable, le reste est mobilisable « sous conditions strictes ».

Il existe plusieurs formes de production d’énergie hydroélectrique exploitable en Martinique

Sur cours d’eau :

  • par captage :
    • réhabilitation de moulin (la Martinique est riche en ouvrage hydraulique, mais de petite capacité),
    • captage nouveau ;
  • par barrage ;
  • au fil de l’eau (immersion de machines spécialement conçues pour les faibles chutes).

Sur réseaux d’eau :

  • potable : on peut « turbiner » l’eau potable (ou les eaux usées). En effet à certains endroits du réseau l’acheminement vers les robinets des usagers nécessite des installations pour dissiper la trop grande pression (brise charge). Il est possible de placer une turbine qui récupérerait cette énergie pour produire de l’électricité.
  • irrigation (notamment sur le Périmètre irrigué du Sud-Est [PISE] – barrage de la Manzo).

Stations de transfert d’énergie par pompage (STEP) :

Elles sont constituées de deux réservoirs permettant des transferts d’eau de l’un vers l’autre grâce à une usine équipée de groupes réversibles (turbine/pompe). Elles permettent de stocker de l’électricité lorsqu’elle est abondante, en pompant l’eau du bassin inférieur vers le bassin supérieur, et de restituer cette électricité lorsque celle-ci est plus rare en turbinant l’eau du bassin supérieur vers le bassin inférieur.

Objectif et missions de l’ADEME

L’ADEME soutient les études technico économiques, à l’exception des études règlementaires obligatoires. L’énergie hydraulique bénéficie de tarif d’achat de l’électricité fixé par arrêté.

En 2019, l’ADEME a fait réaliser dans le cadre du Programme territorial de maîtrise de l’énergie (PTME) une étude de potentiel hydroélectrique de la Martinique (PDF – 18.32 Mo) . Cette étude a identifié 30 sites.

En 2020, l’ADEME a fait réaliser des études de faisabilités sur 4 sites (ZIP – 15.46 Mo) parmi les 30 identifiés.

Comment agir ? 

En recherchant des sites potentiels d’implantation. Sur cours d’eau, le plus simple administrativement est la réhabilitation d’ouvrage existant. Le montage de projet nécessite notamment :

  • des autorisations du propriétaire du site ;
  • des autorisations administratives (exploitation du cours d’eau, production d’énergie, injection sur le réseau, construction…) ;
  • étude d’impact environnemental ;
  • étude de faisabilité technico-économique ;
  • étude de raccordement ;
  • recherche de financement.

Les centrales sur réseau d’eau sont plus simples administrativement, car elles n’ont pas d’impact sur le milieu naturel.

Mots clefs : AMI, Martinique

dapibus libero. Lorem sem, tristique ut Praesent Nullam consequat. sed efficitur.