Si vous rencontrez des difficultés de connexion à votre espace adhérent, pensez à rafraîchir la page (F5 de votre clavier). Nous restons à votre disposition si ces difficultés persistent.

Le Baromètre Observ’ER 2019 des énergies renouvelables électriques en France

Publié le 1 avril 2020 | Médiathèque

Énergie
  • socials
  • socials
à retenir

Observ’ER présente la septième édition du Baromètre des filières renouvelables électriques en France. L’ambition de ce travail est de réunir en un seul outil un ensemble d’indicateurs énergétiques, socioéconomiques et industriels qui, regroupés et analysés, présentent une photographie hexagonale détaillée de tous les secteurs.

Première filière renouvelable électrique française, l’hydroélectricité a un statut à part dans le paysage énergétique français. Impactés par le changement climatique, ses sites ont souvent des rôles importants dans la régulation de l’ensemble des usages d’un fleuve ou d’un cours d’eau

L’hydroélectricité, première énergie renouvelable électrique en France

Avec une capacité installée de 25 554 MW, la filière hydraulique est la deuxième source d’électricité française, et la première parmi les énergies électriques renouvelables. Les ouvrages existants sont très disparates. Il en existe plus de 2 300 sur l’ensemble du territoire, dont moins d’une centaine (95 sites) sont des grands barrages ayant une puissance comprise entre 50 et 600 MW et qui concentrent près de 60 % de la capacité de production nationale hydroélectrique. Géographiquement,
deux zones se distinguent pour l’implantation des sites : les Alpes et les Pyrénées. Au 30 septembre 2019, les trois principales régions que sont l’Auvergne Rhône-Alpes, l’Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur représentent 79 % de la puissance hydroélectrique du pays. En 2018, l’hydroélectricité a produit 63,1 TWh, un niveau nettement supérieur à celui de 2017 (+ 30 %) et plus en correspondance avec la production moyenne de cette filière. 2017 a en effet été une année marquée par une pluviométrie particulièrement faible, qui a logiquement impacté le productible de la filière. Selon Météo France, ce déficit a dépassé les 10 % en moyenne sur la France, ce qui place 2017 parmi les années les plus sèches sur la période 1959-2017. La production de 2018 a correspondu à un taux de couverture de 13,4 % de la consommation française cette année. Pour 2019, l’orientation de la production n’est pas bonne. Au cours des 9 premiers mois, 49,3 TWh1 ont été générés, soit un recul de 12,7 % par rapport à la même période en 2018

Mots clefs : baromètre observ'er, chiffres clés, statistiques

vulputate, quis, facilisis mattis eleifend accumsan ipsum ut