France HydroÉlectricité - Retour à l'accueil

Adhérents
Mot de passe oublié ?
 

La protection de la biodiversité

 

Le Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE)
Comme le précise l’article 23 de la loi Grenelle I du 3 août 2009, la Trame Verte et Bleue doit constituer un outil d'aménagement du territoire, qui doit mettre en synergie les différentes politiques publiques afin de maintenir ou de restaurer les capacités de libre évolution de la biodiversité au sein des territoires, notamment en maintenant ou en rétablissant les continuités écologiques.

Le « Plan anguilles »
Fruit d’un partenariat réunissant l’Onema, l’ADEME, le ministère en charge de l’écologie et les producteurs d’hydroélectricité, le programme R&D Anguilles-ouvrages a impulsé, trois années durant, dix-huit actions de recherche pour optimiser la conception et la gestion des ouvrages, dans une optique de protection du migrateur.

Réseau Natura 2000
Le réseau Natura 2000 est un ensemble de sites naturels européens, terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats. Natura 2000 concilie préservation de la nature et préoccupations socio-économiques. En France, le réseau Natura 2000 comprend 1753 sites.

L’un des projets mené dans ce cadre concerne le Desman des Pyrénées :
Face au constat de diminution et de fragmentation de l'aire de répartition du Desman et afin d'améliorer l'état de conservation de cette espèce, le Ministère en charge de l'Ecologie (MEEDDM) a lancé en 2008 la mise en en place d'un Plan National d'Actions en faveur du Desman des Pyrénées.
Le desman des Pyrénées (Galemys pyrenaicus) est un petit mammifère aquatique endémique du quart nord-ouest de la péninsule ibérique et du massif pyrénéen.
Espèce très sensible aux modifications qui affectent ses habitats et sa ressource alimentaire, il est actuellement soumis à un risque élevé d’extinction à l’état sauvage. Le plan d’actions 2010-2015 vise à contribuer à la connaissance de l’espèce, à sa conservation et sa gestion ainsi que celle de ses habitats et à la constitution d’un réseau de coopération.

Les dispositifs pour l’atténuation des impacts de l’aménagement hydroélectrique sur la continuité écologique

- Les dispositifs pour la montaison
Il existe différents types d’installation pour faciliter le passage des poissons (passes, ascenseurs, etc.). Pour être efficace, un dispositif de montaison doit être implanté à proximité des zones de plus forts débits. Dans certaines configurations, une passe peut être construite au barrage et une autre à l’usine. L’accessibilité au dispositif doit être intégrée comme critère d’implantation afin d’assurer l’entretien de l’ouvrage.

- Les dispositifs pour la dévalaison
En matière de dévalaison, les dispositifs permettant de limiter le passage des poissons dans les turbines sont basés sur l’association:
- d’une barrière physique constituée d’un plan de grille à faible espacement de barreaux,
- d’un ou plusieurs exutoires assurant l’évacuation des poissons vers l’aval,
- ou de l’équipement de l’installation par une turbine « ichtyophile » qui, par des dispositions particulières (faible vitesse de rotation ou géométrie des pales par exemple) limite les risques de mortalité des poissons lors de leur passage dans la turbine.

Certaines conditions hydrodynamiques doivent être recherchées au droit de ces dispositifs (barrière ou exutoire) afin :
- de limiter les risques de plaquage des poissons contre le plan de grille (trop forte vitesse de courant),
- de faciliter leur entraînement par les exutoires (présence d’une vitesse tangentielle au plan de grille).

De nombreuses actions de recherches financées par les hydroélectriciens et les établissements publics de l’Etat, sont lancées dans le domaine de la réduction des impacts.