France HydroÉlectricité - Retour à l'accueil

Adhérents
Mot de passe oublié ?
 

L'hydroélectricité en France

L’hydroélectricité exploite la force de l’eau pour produire de l’électricité. Du petit torrent au lac de barrage, elle fait appel à différentes techniques adaptées à chaque site selon la hauteur de chute et le débit de la rivière. La production d’électricité est décentralisée et opérée soit par des particuliers, soit par des collectivités locales ou des entreprises.

Quelques points de repères :
- La petite hydroélectricité est la première des énergies renouvelables, historiquement et quantitativement.
- La petite hydroélectricité est une production d'électricité propre (ni déchet en rivière, ni pollution de l'air).
- La production d'électricité annuelle d'une centrale hydroélectrique d'une puissance de 1 MW permet d'alimenter 630 foyers toute l'année.
- Cette production permet également d'éviter l'émission de 2 500 tonnes de CO2 par an dans l'atmosphère.
- La petite hydroélectricité ne stocke pas l'eau, grâce au turbinage au fil de l'eau.
- Les centrales hydroélectriques ne sont pas un obstacle pour les poissons migrateurs : elles sont équipées d'ouvrages de franchissement adaptés (échelles à poissons, passes à dévalaison).
- Les centrales hydroélectriques sont tenues de délivrer toute l'année un débit réservé (équivalent au dixième du module du cours d'eau), garant de la vie piscicole.
- Les centrales hydroélectriques génèrent des ressources aux communes sur lesquelles elles sont situées, par le biais des différentes redevances et taxes, ainsi qu'aux autres collectivités locales.

Si la loi accorde à EDF l'exclusivité de l'exploitation des grands aménagements, elle donne aussi le droit à chacun d'exploiter une petite centrale hydroélectrique pour sa propre alimentation en électricité ou pour la vente de l'électricité.Près des 2/3 de l'électricité générée par les petites centrales provient de centrales appartenant à la SNCF, à VNF, à des industriels, à des collectivités locales et à des producteurs indépendants.

En application de la directive européenne 2009/28/CE du 23 avril 2009 relative à la promotion de l’utilisation de l’énergie produite à partir de sources renouvelables, et dans la droite ligne du Grenelle de l’environnement visant le développement optimal de toutes les filières d’énergie renouvelable, le ministère du Développement Durable s’est engagé dans un plan de relance de l’hydroélectricité. L’objectif est d’atteindre 23% d’électricité renouvelable dans la consommation finale d’électricité en 2020.

En application de la directive cadre 2000/60/CE du 23 octobre 2000 fixant un cadre pour la politique communautaire de l’eau, dite DCE et des engagements du Grenelle relatifs à la préservation de la biodiversité et la mise en place de la Trame verte et bleue, le ministère a annoncé le 13 novembre 2009 le lancement d’un plan d’action de l’Etat pour la restauration de la continuité écologique des cours d’eau. L’objectif est d’atteindre 6 6% des masses d’eau de surface en bon état en 2015.

En vue de mieux concilier ces deux enjeux, le ministère a organisé une table ronde sur l’hydroélectricité qui a réuni une dizaine de fois en 2008 et 2009 des représentants des producteurs d’hydroélectricité, des élus de montagne, des associations environnementales, des représentants des pêcheurs amateurs et professionnels. Cette table ronde a abouti à la signature, par les participants au-côté du Ministre, d’une convention d’engagements pour le développement de l’hydroélectricité dans le respect des milieux aquatiques, qui fonde la doctrine du ministère.

Rapport de 2002 d’un groupe de travail sur ce double enjeu : Rapport du groupe de travail - hydroélectricité et environnement.