France HydroÉlectricité - Retour à l'accueil

Adhérents
Mot de passe oublié ?
 

Visiter des centrales

Pourquoi ne pas profiter de vos vacances et de vos week ends pour visiter des centrales ?
C'est une sortie originale, à faire en famille, pour initier les enfants au fonctionnement de cette énergie renouvelable...

Les centrales hydroélectriques d'EDF sont ouvertes au public un peu partout en France : voir la carte

De même que les centrales SHEM GDF SUEZ dans le Sud Ouest : voir la carte

Outre la centrale d'accumulation par pompage  de Coo, Trois-Ponts, Electrabel exploite également dans le Sud-Est de la Belgique un certain nombre de centrales au fil de l’eau et de centrales de barrage, surtout sur la Warche et sur l’Amblève

Visitez la centrale hydroélectrique de Long, en Picardie, c'est voyager un siècle en arrière. Ce musée de l'électricité et de la tourbe vous apportera des explications sur l'extraction manuelle et mécanique de la tourbe, sur le fonctionnement et la mise en route de la centrale où vous verrez apparaître la fée électricité.

Près de votre lieu de vacances, il y a toujours une journée portes ouvertes dans un moulin : rendez-vous sur la rubrique actualités du site de la Fédération des moulins de France où vous trouverez aussi une liste d'hébergements insolites, dans des moulins !

L’office de tourisme Cœur de Gascogne (05.62.68.10.66) invite à la découverte du moulin de Roquefort, tous les mardis matins, jusqu’au 20 août. Cette visite guidée de la microcentrale hydroélectrique par le propriétaire Didier Raucq débutera à 10 h 30 pour une durée de 1 h 30. La centrale fournit 360.000 kWh par an, ce qui représente la consommation annuelle de 92 foyers, sans omettre l’économie de 180 tonnes de CO2.

Le musée du Saut du Tarn  : Le site du Saut de Sabo, exceptionnel par sa chute naturelle de 20 mètres, était un lieu propice pour accueillir une centrale hydroélectrique.
Depuis son ouverture en 1990, la centrale “Saut de Sabo” a une puissance de 30 000 Kw, ce qui équivaut à la consommation de la ville d’Albi.
Un circuit de visite permet aux visiteurs de découvrir l’intérêt et la performance de cette énergie propre.
Voir sur le même site, la visite de la centrale d'Ambialet.

Le musée de la Houille Blanche, maison Bergès (Isère) : né en Ariège en 1833 dans une famille de papetiers, diplômé de l'école centrale des Arts et Manufactures de Paris, Aristide Bergès installe, en 1869, une râperie de bois à Lancey (Isère). Il utilise l'énergie hydraulique pour faire fonctionner ses défibreurs (appareils râpant le bois afin d'en faire de la pâte à papier). Il établit à cet effet une conduite forcée de 200 mètres de dénivelé sur le torrent de Lancey. L'eau qui y est captée fait alors tourner une turbine, entraînant les machines.

Forges et moulins de Pinsot : au coeur du massif de Belledonne, le moulin a farine, le pressoir à huile de noix, la taillanderie et la scierie fonctionnent depuis plus de 100 ans grâce à l'énergie du torrent.

Le moulin de Lugny (71) : le moulin totalement réhabilité par les membres de l'association s'adosse à un bief de 7 ha de retenue qui s'étend sur près de 3 km, et récupère un bassin versant d'environ 436 km². Il bénéficie d'un droit d'eau sur la rivière "Arconce" dont le débit moyen annuel est de l'ordre 5 m³/s avec une chute de 2,36 m. Il conserve tout son potentiel pour retrouver une activité de production hydroélectrique très bientôt.

Ecomusée du carton : Fondée vers 1710 à l’entrée de la reculée des Planches à Mesnay près d’Arbois, dans le Jura, cette papeterie deviendra le point d’ancrage d’un rayonnement cartonnier local et national au siècle des Techniques. Une association de sauvegarde du patrimoine la fait vivre aujourd’hui. La visite comprend l’atelier-musée de la fabrication cartonnière et de ses machines. L’association du musée de la cartonnerie gère deux installations hydrauliques équipées chacune d’une turbine Kaplan double réglage. Une première installation, de 55 kW, utilise 1,5 m3 d’eau sous 4,5 m de chute.
Une seconde, de 75 kW, utilise le même volume d’eau mais sous 6,9 m de chute. La production annuelle de ces deux installations s’élève à 140 000 kWh.

Galerie Hydraulica : Le village du Villard (commune du Planay) a abrité pendant près d’un siècle (1898-1984), une usine électrochimique - électrométallurgique, pionnière en matière d’industrie et représentative de la vague d’industrialisation des Alpes du début du XXème siècle. Celle-ci s’était installée au Villard, du fait de différents atouts, notamment en terme de ressources naturelles : l’eau abondante qui descend des glaciers et qui a permis la construction de centrales hydroélectriques, les minéraux de la région (charbon, quartz et calcaire) qui ont permis de fabriquer différents métaux et produits chimiques

Et aussi à l'étranger...

Au Québec, un circuit des centrales



Vous ouvrez votre centrale à  la visite et vous souhaitez l'annoncer dans cette page ? Faites-nous le savoir, adressez-nous un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. !